mardi 9 octobre 2012

47. La Creuse à sa source


J'ai grandi à Argenton-sur-Creuse et donc maintes fois traversé la rivière Creuse sur les deux ponts de la ville, l'ancien et le nouveau oh oh oh oh...

Je me suis souvent posé la question de savoir d'où elle prenait sa source mais sans jamais me déranger pour savoir. A l'âge de 68 ans, ça y est, j'ai enfin vu de mes yeux la Creuse à sa source.

C'était récemment, pendant le petit voyage que j'ai fait en voiture pour accompagner mon assistante du réseau HelpExchange à son hôte d'après. C'était sur la route qui va d'Aubusson à Ussel, une belle route qui monte doucement jusqu'à 800 et quelques mètres, avant d'arriver à La Courtine. J'ai aperçu dans l'herbe sur la droite des pancartes fléchées indiquant "source de la Creuse"... ah tiens! c'est là! Mais comme nous devions faire la route jusqu'à Bort-les-Orgues et au-delà, je ne me suis pas arrêtée.

Au retour toute seule, le lendemain dimanche 16 septembre, j'ai voulu prendre le temps d'aller voir. Donc en arrivant d'Ussel, dans le bourg de La Courtine, je demande à une dame chargée de pains si elle savait où la Creuse prenait sa source. La pauv' dame n'en savait rien, elle me conseilla d'aller demander à la boulangerie, ouverte bien sûr ce dimanche matin. Il y avait la queue, à la boulangerie, et pour ne pas avoir l'air de prendre la boulangerie pour l'office du tourisme, je me suis prise une cannette de coca. La jeune dame à la caisse n'en savait rien non plus mais elle appela une ancienne qui m'expliqua que c'était sur la route à gauche au col du Massoubre, direction Féniers. Elle m'écrit ça sur un bout de papier et j'en la remercie, m'en allant avec ma cannette de coca trouver la Creuse à sa source!

Un col? Je ne me souvenais pas avoir franchi un col. Dans mon imagination, un col, c'est un passage étroit dans des montagnes pointues. Et du coup, j'ai dépassé à vive allure ledit col, apercevant du coin de l'oeil la pancarte pour Féniers à gauche. Demi tour! Effectivement, à quelques encablures du carrefour direction Féniers, est indiqué, à l'entrée d'un chemin, que c'est bien là que la Creuse prend sa source. Youpi! j'y suis!

Je stationne mon carrosse comme ça sur la route et je pars en reconnaissance. Le chemin s'enfonce dans le sous-bois et je découvre à quelques mètres une clairière avec une solide table de picnic en bois... Juste ce qu'il me fallait. Je retourne donc à ma voiture pour la stationner correctement et prendre mon casse-croûte. Justement c'était midi.

Les photos ci-dessous racontent la suite.

L'entrée du sous-bois

Le chemin balisé vers la source

Mon picnic

La solide table de picnic

La forêt est mixte

La Creuse à Felletin n'est qu'un torrent


Un havre et un moment de paix totale. Je me suis prise à avoir envie d'habiter dans les bois, loin, très loin de ce monde de brutes, libre, sans connaître le pourcentage du 'produit intérieur brut', ni le nombre de 'demandeurs d'emploi' comme si c'était une race humaine à part, sans savoir si la planète bleue se réchauffe ou se refroidit. Alors j'ai commencé à me dire: si je pars par là, je vais peut-être m'enfoncer dans la forêt épaisse. Ah oui, mais il me faudrait des allumettes pour allumer du feu, et puis une pelle pour me creuser un terrier, et un couteau bien aiguisé pour chasser le lapin... oui, bon, d'accord, je retourne à ma voiture et je rentre chez moi!!!

Aucun commentaire:

95. Un arbre monstre témoin de changements climatiques

Voici ma traduction en français de l'article en anglais de JAMIE MORTON paru dans le journal HERALD  de NOUVELLE-ZÉLANDE, le 1er juille...