lundi 14 mai 2012

27. La justice de dieu


Je médite sur l'idée de ce qui est juste. Apparemment il n'y a pas que moi . Dimanche dernier sur France Culture à l'heure de Présence Protestante, un pasteur a tenté d'apporter ses lumières sur l'idée de "justice de dieu". Du coup, je viens de passer du temps sur internet à ce sujet pour tenter d'y voir plus clair.

Le cri enfantin de "c'est pas juste" indiquerait qu'il s'agit d'un sentiment inné, d'un instinct presque. Si quelque chose n'est pas juste, c'est qu'on s'est fait avoir. On ne m'a pas donné ma part. Je n'ai pas eu ce qui me revenait. Quelqu'un a été favorisé et j'ai été lésé.

Par-contre, le cri de "c'est juste" ne vient jamais d'un enfant, mais d'un adulte. D'un juge. De quelqu'un qui s'érige en tiers pour rendre un jugement entre 2 personnes en conflit. On pense bien sûr à Salomon et à son jugement de bon sens concernant le bébé réclamé par 2 mères qui s'affrontent. Dans la culture et la pratique juive, il est toujours fait appel à un tiers. On ne se fait pas justice soi-même. Justice soi-même entraîne la vengeance et la vendetta ad eternam vitam. Un tiers tranche et on arrête là.

On fait appel à la justice quand on a le sentiment et souvent la certitude d'avoir été lésé. On parle de la justice des hommes et de la justice de dieu. C'est pas la même. Le rendu n'est pas le même. Les 2 sont souvent incompréhensibles. Dans les 2 cas, c'est au niveau de la punition qu'on peut dire si c'est juste ou pas juste. Le mérite, là-dedans? On se pose toujours la question au négatif. Par exemple, on ne dit jamais que c'est juste quand on voit passer quelqu'un roulant en mercedes-benz.

Les policiers qui en ont marre de risquer leur vie dans leur travail, ont le sentiment et la certitude d'avoir été lésé. Ils crient "c'est pas juste" et la justice des hommes reste sourde. C'est comme ça que je vois les choses.

Dans la Déclaration universelle des Droits de l'Homme, il est écrit à l'article 3: Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne.

La "sûreté de sa personne" est-elle une idée abstraite? Que se passe-t-il si ceux qui sont les 'gardiens de la paix' de notre société n'ont plus pour eux-même la sûreté de leur personne?

Aucun commentaire:

95. Un arbre monstre témoin de changements climatiques

Voici ma traduction en français de l'article en anglais de JAMIE MORTON paru dans le journal HERALD  de NOUVELLE-ZÉLANDE, le 1er juille...