lundi 18 février 2019

91. le marxisme lessivé

Le marxisme lessivé...

Devant l'injustice du monde, devant tant de misère sur les chantiers de la "révolution industrielle" au 19e siècle, un certain Karl Marx a pu être pris de nausée et se mettre à écrire une nouvelle théorie d'organisation du monde. Il s'était dit que, si on changeait la concentration de quantité d'argent dans les mains de quelques individus et qu'on la mettait dans une institution anonyme, ça changerait la donne. Le capital détenu de façon privée devrait devenir un capital d'Etat géré anonymement par des fonctionnaires et des politiques. Ainsi les individus d'une nation seraient tous classés à la même enseigne. Il n'y aurait plus de patrons individuels, ni d'ouvriers exploités. Belle grand idée peut-être, sauf que le jeune Karl, de par son éducation, ne savait pas vraiment ce qu'était une entreprise. La mise à l'épreuve de la théorie marxiste a donné la Russie soviétique qui a accouché d'un Staline se débarrassant de millions de citoyens liquidés par mort violente. Elle a aussi donné la Chine et sa révolution "culturelle" et a accouché d'un Mao se débarrassant de millions de citoyens liquidés par la mort violente... d'Etat.

La liste est longue des pays qui ont cherché à appliquer, dans la vie des gens, la théorie marxiste. Ils sont tous à la masse. Il faut quand même l'admettre aujourd'hui en 2019 : le socialisme communiste n'est pas la bonne recette pour le bonheur d'un peuple.

Qui plus est, cette théorie engendrée en chambre noire, ni scientifique, ni réaliste, s'accompagnait d'un millénarisme quasi religieux qui faisait rêver du Grand Jour, une attente quasi messianique pour un jour prochain non défini (et sans cesse repoussé bien sûr) où tous les hommes seraient "frères" et vivraient dans l'opulence sans jamais plus avoir à se battre pour exister. Comment peut-on appliquer ça aux dures réalités de la vie humaine sur cette terre ?

Je me dis à part moi que si cette théorie avait été écrite par une Charlotte Marx, on en aurait ri et l'aurait cataloguée de "fumeuse".



un arbre mort se reflétant dans de l'eau stagnante

J'en viens à mon titre "Le marxisme lessivé".

Le "Capital" a été publié pour la première fois en 1867, il y a cent cinquante deux ans. Voilà donc un siècle et demi qu'on pratique la lutte des classes, la haine des patrons, petits ou grands entrepreneurs, bref des sales bourgeois qui arrivent à s'enrichir.

J'écris ça avec une certaine rage parce qu'en 1936 mon grand-père maternel avait été mis sur une liste d'hommes à abattre. Pensez donc en effet ! enfant pauvre d'une famille nombreuse, fils d'un sabotier, il avait eu l'idée, une fois marié, de transformer l'atelier de sabotier de son père en une usine de pantoufles. En 36 ma mère avait 16 ans, travaillait dans l'usine et aidait son père au secrétariat et à la comptabilité. Tout le monde dans la famille travaillait dur et avec beaucoup d'intelligence. L'entreprise employait une centaine d'ouvriers... c'est-à-dire qu'il fallait faire assez de profit (oui, de PROFIT, de marge, de bénéfice, appelez ça comme vous voulez) pour dégager de quoi faire vivre une centaine de familles dans le coin. Quand quelqu'un déclara, sous couvert de lutte des classes, qu'il fallait "liquider" mon grand-père, l'un de ses ouvriers s'écria :  "le père Lagarde ? jamais".

Un siècle et demi après le "Capital", que reste-t-il de ce système d'idées monté en idéologie quasi religieuse ?
- Cette haine justement.

(à suivre)


Aucun commentaire:

95. Un arbre monstre témoin de changements climatiques

Voici ma traduction en français de l'article en anglais de JAMIE MORTON paru dans le journal HERALD  de NOUVELLE-ZÉLANDE, le 1er juille...