lundi 7 février 2011

6. CHOCHOTE

Il y a quelque temps comme j'écoutais la radio, une actrice de théâtre se plaignait de l'accueil qu'elle avait reçu dans un gîte chez l'habitant. Alors qu'elle était en tournée 'en province' on lui avait suggéré une maison d'hôtes au lieu d'un hôtel.

..."dans un hôtel on te fiche la paix, tu comprends, tu es fatigué, il n'y a rien de pire que d'avoir à faire la bise à tout le monde et d'être dérangé au petit déjeuner, et alors le clou, c'est quand ils sortent l'album photos de la famille ou qu'ils te racontent les travaux qu'ils ont fait sur leur bâtisse."

Elle se plaignait donc d'avoir eu à faire connaissance de gens pas comme elle, d'avoir eu à partager la vie et les soucis de personnes qui n'étaient pas de son milieu, bref, d'avoir été accueillie par des gens de la province qui sont si provinciaux qu'ils ne comprennent pas qu'une 'âctrice de théâtre' a autre chose à faire que d'écouter et de partager leur vie.

Pauvre citadine Chochote. Pourquoi un tel dédain et une telle arrogance? Parce qu'elle vit en ville? Parce qu'en ville on marche en escarpin sur des trottoirs (crottoirs) et qu'on mange une grillade au resto? Parce qu'on évite le regard des autres tout le temps? Parce que le théâtre c'est tellement plus important que la moisson des blés ou la restauration d'une vieille grange ou d'un château? Pourquoi?

J'en entendais un autre dire qu'il joue une pièce qui se situe dans la Creuse. Il faisait grand état de ne pas savoir où pouvait se trouver la Creuse. Pensez donc! Un endroit de France où vivent des fermiers et des fermières qui produisent de la viande, du lait, des oeufs, des poulets, des canards...des ploucs quoi. Pourquoi ce besoin de cracher dans la soupe? Pourquoi?

Un dessin du coin par ma petite-fille de 8 ans

Aucun commentaire:

95. Un arbre monstre témoin de changements climatiques

Voici ma traduction en français de l'article en anglais de JAMIE MORTON paru dans le journal HERALD  de NOUVELLE-ZÉLANDE, le 1er juille...