vendredi 18 mars 2011

10. LE PAPA DU PETIT JESUS

- Tu sais, Compère, l'autre jour tu parlais du papa adoptif d'un jeune homme conçu dans une éprouvette du sperme d'un quidam...
- Oui Commère, et qu'on interdit à ce pauvre garçon de connaître son père génétique. Quel tas de mensonges!
- Comment ça?
- Eh bien, on fait semblant de croire que l'héritage génétique, c'est rien du tout. De mon point de vue, Commère, c'est une régression de civilisation. Les peuplades primitives trouvées par les Européens dans les siècles précédents n'avaient pas fait le lien entre l'acte sexué et l'appartenance à une 'famille'. Sauf les peuples pasteurs, bien sûr, qui avaient vu faire leur bétail. Un veau n'a pas de papa adoptif!...
- Ah ah ah ah! LOL!
- ...mais il a des tas de caractéristiques du taureau qui est son père. Nous avons tous un patrimoine génétique certain et sûr et même traçable maintenant par l'analyse de notre ADN.
- Ah ben, Compère, il n'a qu'à se faire 'adénisé', le jeune gars Arthur de l'autre jour. Il pourra comme ça retrouver son géniteur... sans vexer son papa adoptif. Parce que c'est peut-être ça, le problème. Son papa adoptif l'a élévé, l'a nourri, l'a choyé, aimé, éduqué. Il lui a transmis un patrimoine culturel et social.
- Oui mais il ne lui a pas transmis son patrimoine génétique. Beaucoup plus indélébile qu'un patrimoine culturel.
- Compère, que dis-tu? Indélébile!!! Tu veux dire que ce qu'on apprend, ça peut s'éffacer mais que le tempérament qu'on a, ça ne s'efface jamais.
- Oui Commère, c'est ce que je veux dire. Nous sommes 'codés' à la naissance par les gènes de nos père et mère. L'éducation là-dessus n'est qu'un vernis plus ou moins épais, qui s'effrite à la moindre intempérie de la vie.
- C'est sans doute pour ça que le petit Jésus n'est jamais devenu charpentier.
- Commère, tu me fais rire!
- Dans les évangiles, on donne le lignage paternel de Jésus par Joseph qu'on fait remonter jusqu'au roi David. C'est pour ça que certains contemporains de Jésus l'appelle 'fils de David'. Dans ce cas, Joseph serait le vrai père de Jésus. Or, Compère, tu me suis, il se donne comme étant le fils de Dieu en personne.
- Tu me l'as déjà dit. Tu y crois, toi, à cette histoire?
- Ben non, Compère, ben non. Je n'y ai jamais cru. Le papa du petit Jésus est bien Joseph de Nazareth. On ne connaît rien de sa vie à lui, Joseph. Jésus n'en parle jamais, n'en pipe pas un seul mot. Il ne fait jamais référence à son papa. Pourquoi d'après toi?
- Aucune idée, Commère.
- Il devait être plus vieux que sa femme, peut-être d'une vingtaine d'années, car il était déjà mort quand Jésus a été mis en croix. C'est une dame mélanésienne qui m'a dit ça un jour. Elle m'a fait comprendre que Joseph devait être déjà mort car Jésus sur la croix a confié sa mère à Jean, un apôtre. Il n'aurait pas eu besoin de faire ça si Joseph était encore vivant à ce moment-là.
- Ah oui... Mais si Joseph est son papa, il reste quand même que ce n'est peut-être pas son père...
- Là, Compère, c'est toi qui blasphèmes!


Lire la suite des Commérages à la page 'commérages'

Aucun commentaire:

95. Un arbre monstre témoin de changements climatiques

Voici ma traduction en français de l'article en anglais de JAMIE MORTON paru dans le journal HERALD  de NOUVELLE-ZÉLANDE, le 1er juille...