dimanche 8 avril 2012

23. La tapisserie

La tapisserie m'a toujours fascinée, les tableaux sur canevas que ma grand-mère faisaient, les grandes tapisseries pendues aux murs des châteaux, tout. Mais moi-même étant de nature nomadisante je n'ai jamais tellement eu l'occasion de m'y mettre... enfin si, quand j'étais jeune mariée dans les années 60 en Australie. J'habitais à Canberra, la capitale fédérale construite dans une zone d'élevage de moutons laineux! Je me disais alors: quel dommage, on pourrait faire de belles tapisseries avec ce qu'ils ont sur le dos. Alors je m'étais offerte un petit métier à tisser, un truc qu'on posait sur la table, et avec lequel je m'étais fabriquée un long morceau de tissu laineux. Le plus dur avait été de le couper pour en faire une jupe mi-longue pour l'hiver, puis que j'ai transformé bien plus tard en une jaquette sans manche que je portais en voilier quand je me trouvais équipière sur le grand océan Pacifique.

J'en viens au vif du sujet: hier, samedi de Pâques, je suis allée à Aubusson, là où l'on fabrique depuis quelques siècles lesdites Tapisseries d'Aubusson. Ne pouvant m'offrir une de ses belles créations de tapisserie basse-lisse, je vais me venger en effectuant un stage cet été pour apprendre à faire des tapisseries-aiguille sur canevas. J'en reviens donc à ma grand-mère qui serait certainement très fière de me voir faire du canevas maintenant que je suis moi-même grand-mère. On appelle ça la transmission... et ainsi de suite de grand-mère en petite-fille jusqu'à la fin des temps!

Voici quelques photos d'Aubusson hier, début avril, pas très chaud mais sous le soleil. La boutique de Véronique de Luna où je vais faire ce stage de tapisserie-aiguille est à côté de l'Hôtel de Ville dans la Grande Rue d'Aubusson.
















Isabelle s'occupe de la boutique de Véronique de Luna 

La boutique où l'on peut faire un stage de tapisserie à l'aiguille

Grande Rue à Aubusson, au centre de la vieille ville



Aucun commentaire:

95. Un arbre monstre témoin de changements climatiques

Voici ma traduction en français de l'article en anglais de JAMIE MORTON paru dans le journal HERALD  de NOUVELLE-ZÉLANDE, le 1er juille...