jeudi 19 avril 2012

25. Le temps qu'il faut...


 Le temps qu'il faut pour récolter de belles asperges est de 6 ou 7 ans. On m'avait dit à la jardinerie qu'il ne fallait pas compter récolter avant 5 ans après plantation. Et voilà, cette année, de belles asperges dans mon assiette après 8 années de soins assidus dans mon jardin.

Le temps qu'il faut pour récolter de beaux arbres est d'environ 70 ans pour un chêne, une vingtaine d'années pour un pin.

Le temps qu'il faut pour finir une cathédrale est d'un ou deux siècles, pareil pour les châteaux et les bâtisses que nos ancêtres nous ont légués.

Aujourd'hui, en 2012, nous avons perdu patience. Il faut que l'effort humain donne des résultats immédiatement, tout de suite, à un clic des doigts ou de souris près. Pourtant, il faut toujours 9 mois pour fabriquer un petit d'homme au sein d'une mère, 365 jours pour faire le tour du soleil et 24 heures pour faire un tour sur nous-même. Et oui, une heure compte toujours 60 minutes.

Alors pourquoi avons-nous perdu patience? Qu'est-ce qui fait qu'on s'ennuie dès que le résultat d'un effort n'est pas palpable là maintenant ici-même dans l'instant? Je n'ai pas la réponse mais ce constat m'afflige. Il était une fois, il y a bien longtemps, une grand-mère qui tricotait un pull pour un membre de la famille pendant des semaines ou des mois. Une autre grand-mère qui lentement avec une aiguille et de la laine fabriquait une jolie tapisserie pour orner un mur.

Suis-je si vieille et décalée pour que ce constat d'impatience généralisée m'attriste tant?

Aucun commentaire:

95. Un arbre monstre témoin de changements climatiques

Voici ma traduction en français de l'article en anglais de JAMIE MORTON paru dans le journal HERALD  de NOUVELLE-ZÉLANDE, le 1er juille...