jeudi 16 août 2012

39. Paf!!!


Paf!!!...C'est le bruit que ça a fait quand ça a éclaté... je parle de mon pneu avant gauche, côté conducteur, mon pneu sur ma roue avant gauche. Drôle d'effet.

C'était vendredi 27 juillet dans l'après-midi alors que je devais ramener ma petite-fille chez ses parents. Ma voiture roule au diesel c'est-à-dire que je peux faire 900 km avec un plein, mais même, de temps en temps il faut bien mettre du gazoil dans le réservoir. Au prix de l'or maintenant, j'étais partie en mettre pour 5€, juste de quoi faire le trajet prévu. En revenant de la station-service à St Benoît-du-Sault, alors que je ralentissais m'apprêtant à passer en troisième vitesse pour tourner à droite vers Roussines et St Civran, juste sous le poteau de fin de village, paf!!!, le bruit d'un ballon d'enfant qui éclate.

Je m'attendais un peu à un truc comme ça. Mes pneus étaient lisses. Mais bon, mes très maigres revenus faisaient que je remettais toujours à demain et après-demain pour les faire changer. Erreur classique et fatale. Enfin, pas fatale ce jour-là parce que je roulais doucement (à 50kmh peut-être), mais ce genre de truc arrivant à 130 sur une autoroute coûte la vie au conducteur. Je le savais. Je le sais.

A partir de là, je remets en première pour faire deux mètres de plus pour me garer un peu. Je ferme ma voiture. Et je pars en stop. J'avais bien mon téléphone mobile sur moi mais je n'avais pas de moyen de prévenir ma petite-fille car il n'y a pas de téléphone fixe dans la maison (pour l'instant). Mon premier réflexe a été de rentrer à la maison pour qu'elle ne s'inquiète pas de mon absence prolongée.

Je n'avais pas marché 50 mètres qu'une petite voiture s'arrête. Le conducteur âgé m'explique qu'il se rend à un enterrement à Roussines. Il me dépose un peu avant l'église où est massée une foule de gens. Une dame qui sort de la voiture... tiens donc! J'ai été suivie par une foule de yeux curieux pendant que je me hâtais le long de la route pour St Civran.

Tout en marchant vite, j'appelle mon fils avec mon mobile pour lui signaler l'énènement. Une autostoppeuse au petit trot en conversation le mobile à la main, je trouvais que ça faisait très 'fashion'!!!! Et une deuxième voiture s'arrête, cette fois, c'est une dame qui revient du Lot et remonte sur Vierzon. St Civran, c'est où? Le village suivant. Ah bon! Ici l'herbe est encore verte, elle est jaune dans le Lot. Ah!... le temps de 3 phrases sur la météo et j'étais arrivée chez moi. Merci, au revoir.

Là, j'appelle mon garagiste préférée, Jérémy Jaroussat, dont le grand-père était le garagiste préféré de mon grand-père, qui me dit: on arrive, rendez-vous à la voiture. J'attrape ma petite-fille pour aller demander à John, le copain anglais à l'autre bout du village, de nous conduire sur place. John n'est pas chez lui. Ah zut. Je rappelle mon garagiste préféré pour changer de plan. De justesse, son mécanicien est justement en train de partir. Il passe nous chercher avant d'aller à la voiture.

Sur place, le changement de la roue éclatée par la roue de secours se fait en deux temps trois mouvements. Puis je conduis ma voiture clopinante à 60 à l'heure jusqu'au garage d'Abloux. Puis Alexandra, la secrétaire, nous ramène à la maison. Quelle journée! Maintenant c'est mon fils qui finalement va venir chercher sa fille.

Je pensais ne pas avoir de voiture jusqu'au début de la semaine suivante. Après tout, c'était un vendredi après-midi, en été. C'était sans compter sur l'efficacité du jeune Jérémy Jaroussat!!! Vers 17h passé il me ramène ma voiture, avec deux nouveaux bons  pneus à l'avant. Je n'en reviens pas. Alors, voilà, je lui fais de la pub: chez Jaroussat, c'est pas bidon et c'est tout droit.



Aucun commentaire:

95. Un arbre monstre témoin de changements climatiques

Voici ma traduction en français de l'article en anglais de JAMIE MORTON paru dans le journal HERALD  de NOUVELLE-ZÉLANDE, le 1er juille...