mercredi 1 août 2012

36. LE MOIS DE JUILLET 2012


Faudra-t-il se souvenir de ce mois de juillet où les températures ont sans cesse sauté de 30° à 15° d'un jour à l'autre, avec des ondées ou des orages tous les trois jours? Nos producteurs-éleveurs de vaches à viande (je n'aime pas dire 'paysans', ça fait plouc), nos fermiers donc s'en souviendront sans doute. Ils ont bossé sans relâche dansant d'un pied sur l'autre pour pouvoir couper et rentrer leur foin entre deux giboulées, tardivement, alors qu'il fallait se mettre à la moisson des blés et autres contingences de la production primaire... sans laquelle, je le dis sans cesse, rien d'autre ne serait possible. Voir les tribulations d'un Paysan Heureux, fermier éleveur en Bourgogne.

Quant à moi, grand-mère émérite, j'ai eu en première semaine du mois la visite d'une vieille connaissance hollandaise rencontrée jadis en Nouvelle Zélande: palabres sur nos aventures passées, balades touristiques, dîners en famille. Nous avons pu couvrir du chemin allant de banc en banc sur les bords de la Creuse, à St Gaultier et à Argenton-sur-Creuse.

Nicolas, John et Hetty

La Creuse à St Gaultier







Après leur départ, j'ai eu avec moi ma petite-fille (10 ans) et son petit frère (6 ans), de quoi rigoler et s'activer sans relâche. Ils ont été adorables, ont joué ensemble sans se chamailler, dormant dans des lits superposés et moi sur un matelas par-terre dans la même chambre, occassion rêvée pour se raconter des histoires pour soi-disant s'endormir! Coucher à 22:30 et lever à 11:00...

A part ça, je déménage, j'émigre vers l'ouest. Le grenier aménagé à Chazelet n'est plus vraiment habitable, même en été. J'abandonne ce fief qui pourtant me tenait à coeur. Mon fils et sa petite famille étant partis loger ailleurs, et n'ayant pas trouvé de 'concierge' pour la maison de la poterie à St Civran, je retourne m'y installer. Le transfert se fait journellement en remplissant le coffre de ma voiture et en intégrant les objets et meubles divers peu à peu. Je vide tout et j'espère avoir fini mon nouvel emménagement quand il va commencer faire froid. Quand? On verra bien.

A part ça, ma petite-fille est venue passer une semaine toute seule avec moi. J'aime bien discuter avec elle. On a commencé par aller danser un soir au 'bal trad' animé par le groupe Les Genoux lors du festival de danses folk Mercuria. J'adore!

...pas nette la photo, j'ajouterai ma petite vidéo plus tard
Ensuite, ayant reçu un prospectus sur le Festival des Lumières organisé à Montmorillon, dans la province limitrophe du Poitou, nous sommes allées assister à quelques représentations théâtrales gratuites un après-midi. Génial, absolument génial! Comme nous étions assises sur des bancs, une dame armée d'un gros appareil photo à l'ancienne (pas le genre digital discret) se plante devant nous sans autres civilités. Elle n'eut cesse de photographier tout le monde sur scène et sur les bancs, sans vergogne, sans s'excuser, sans se présenter. Ce genre d'incivilité, je déteste. Je conçois qu'un reporter qui couvre la guerre du Liban ou de Syrie ne s'excuse pas quand il passe devant quelqu'un, mais ici, dans une petite ville provinciale en plein festival estival, pourquoi jouer les grands reporters en mission dangereuse? Si ça se trouve, elle travaille pour la gazette locale... ou bien alors pour la CIA...




Oui, parce qu'à la deuxième représentation, il y avait une dame assise en bout de banc à côté de moi qui a passé son temps à me dévisager. Mais vraiment, la tête tournée vers ma tête comme pour compter mes boutons juvéniles et mes rides séniores... à tel point que je lui ai par deux fois demandé pourquoi elle me regardait comme ça. A la fin de la représentation, elle est partie avant les applaudissements et je lui ai couru après, l'attrapant par la manche et lui demandant les explications de son comportement. Elle m'a dit qu'elle regardait des amis assis de l'autre côté... mon oeil! Enfin bon, passons. Les représentations avaient été absolument magnifiques. J'en reparlerai. Rentrées à la maison, nous avons bien rigolé à l'idée que la dame avait dû nous prendre pour des extra-terrestres, jouant à en être, écrasant nos nez, et mettant la nourriture dans nos oreilles!!!

Voilà pour le mois de juillet :-)

Aucun commentaire:

95. Un arbre monstre témoin de changements climatiques

Voici ma traduction en français de l'article en anglais de JAMIE MORTON paru dans le journal HERALD  de NOUVELLE-ZÉLANDE, le 1er juille...